Abbaye de VilleneuveAu début du XIIIe siècle, dans une France agitée où l’homme construit et détruit, l’incertitude touche aussi bien les plus favorisés que les plus déshérités. Le seul refuge possible est la croyance en dieu. Dans la région nantaise, à proximité de Machecoul, les moines de l’Abbaye de Buzay augmentent rapidement leur patrimoine grâce aux donations des seigneurs voisins. L’éloignement de Buzay des terres de Villeneuve pose aux religieux des problèmes pratiques et la duchesse Constance de Bretagne, personnalité de la région, propose la création d’une abbaye à Villeneuve, certainement dans le but de racheter ses mauvaises actions et de purifier son âme ainsi que celles de ses ancêtres.

Commencée en 1201; l’édification de l’Abbaye sera longue à cause d’entorse aux règles cisterciennes, et il faudra attendre 1223 pour célébrer la dédicace de Villeneuve par les autorités représentatives de Bretagne. Villeneuve connaîtra une longue période de faste, accueillant à la fois les riches qui souhaitaient être enterrés dans un lieu sacré et les pauvres qui venaient recueillir des aumônes. Alors la vie quotidienne des moines est stricte et respectueuse des rites religieux : ils dorment sur la dure, se lèvent à 2h00 du matin, passent 8 heures par jour à l’église, ne mangent ni viande ni poisson, et travaillent aux champs.

A la fin du XVIIIe siècle, les abbés sont remplacés par les commendataires, prêtres ou non, nommés par faveur royale, et Villeneuve entame alors sa décadence. Les commendataires perçoivent la moitié des revenus et l’autre moitié est distribuée aux moines qui ne sont plus considérés que comme de simples paysans. Les moines découragés quittent peu à peu l’Abbaye qui est acquise par le Général Jean d’Estrée. Ce riche propriétaire la démolira puis la rénovera. Lors de la révolution, il sera chassé de l’Abbaye par les Vendéens. Villeneuve sera alors transformée en camp de guerre.

Après la révolution, Jean d’Estrée et ses descendants reviendront et reprendront la construction d’un château à Villeneuve.

De grandes familles nantaises se succéderont jusqu’en 1974, date à laquelle de nouvelles transformations feront de Villeneuve, un hôtel de qualité.